mardi 29 janvier 2008

La France a-t-elle les moyens de ses ambitions ?

J'avais eu l'occasion, la semaine dernière, de commenter sur France-Info la lettre du CEMAT au CEMA, ce qui m'avait valu d'être invité au débat du soir, en l'occurrence avec le vice-président de la Commission de la défense de l'Assemblée nationale, Michel Voisin. Quelqu'un me signale que les interventions sont conservées et peuvent être écoutées en ligne. C'est (parfois) beau, la technologie ;o)

3 commentaires:

Anonyme a dit…

La réponse est non sauf a réduire nos ambitions a etre le supplétif des USA pour toute intervention sérieuse ou une simple force de stabilisation a disposition de l'UE ou l'ONU donc dénué de poids réel dans le jeu des puissances.
Le plan 2015 est déja très peu ambitieux par rapport a nos volontés de politique etrangère et d'etre un Etat qui compte.

La défense francaise est a la croisée des chemins.
Soit elle se réforme en profondeur (ce qu'elle aurait du faire des la professionnalisation) pour suppléer au budget d'équipement dramatiquement insuffisant (et de R&D), et a l'insuffisante qualité du recrutement (notamment des EVATs) par une meilleur selection, soit elle change de statut en passant au troisème rang des nations.
Il ne sera pas possible d'augmenter le budget de défense mais simplement de le maintenir.

Dans les deux cas précédents, ceci passe par la réduction massive des effectifs (et en fait des sureffectifs massifs) qui permettrait a la fois d'augmenter la part dévolue a l'équipement et de réduire les flux entrants permettant une meilleure selection.
D'ou le plan S2.

Quiconque sort du cadre Européen et parle en privé sans langue de bois à l'etranger aux personnes autorisées, sent le discrédit pour le pas dire plus qui frappe la France et nos forces.
Certes en Europe, c'est pire dans de nombreux pays mais ils n'ont pas nos ambitions.
Il faut non pas adapter notre stratégie a des moyens déclinants en se focalisant sur le court terme, le facile et des effets de manche, mais bien adapter autant se faire que peut, nos moyens a une stratégie qui doit prendre en compte les menaces pour les 30 prochaines années en restant dans le raisonnable financier.

On ne peut pas conserver notre siège au conseil de sécurité avec une telle indigence de moyens.
A cet égard la suggestion de la France d'ouvrir le conseil de sécurité a de nombreux nouveaux membres font sourir.Car elle priverait le conseil de sécurité de toute crédibilité et le paralyserait si il faut négocier a 10 puissances (dont 5 mériteraient le nom de puissance et ca n'inclue plus la France).
Mais bon, on essaye de sauver les meubles.
La pression risque de devenir tres élevée pour nous contraindre a ceder notre siège (probablement à l'Inde) que nous ne meritons plus malheurseusement.
Il faut sauver la France et sa défense et l'urgence est absolue sous peine d'une ultime dégradation apres celles de 1815, 1870, 1940, et 1956 et probablement définitive.

Anonyme a dit…

Je viens d'écouter ce petit débat sur France Info.Aucune surprise, la vision de ce député, sur la situation actuelle est très révélatrice de l'autisme ambiant de certains soit disant spécialiste. les dires seraient nombreux à devoir être commentés à nouveaux...doit on trouver" normal" d'avoir les munitions pour les OPEX et pas en nombre nécessaire pour les besoins de l'instruction ?. Doit confondre des équipements de pointes(Felin) mais en diffusions limitées avec l'immense majorité des besoins quantitatifs et qualitatifs de l'ensemble (Voir http://secretdefense.blogs.liberation.fr/defense/2008/01/jai-le-treillis.html
Dommage qu'il ne soit pas possible de faire faire à ce député une Opex pour lui permettre de comparer avec une période de "réserviste" en France.La moralité de l'histoire vaudrait a coups sûr son pesant de cacahouètes.
Ancien S/Off. Arme du Genie 19 ans de services...un peu partout!

Stresemann a dit…

Je n'arrive pas à lire le passage. Pourriez-vous m'indiquer la marche à suivre ?