mercredi 2 juillet 2008

Belgique : La commission "Défense" entre en guerre

Une semaine après la présentation de la nouvelle note de politique générale, cette dernière est, à l'heure où je vous écrit, toujours en discussion à la Commission Défense. L'occasion de quelques passes d'armes dans la presse et comme toujours en Belgique, c'est pour le moins funky.

Critiquant hier soir un engagement supplémentaire en Afghanistan, l'ancien ministre, A. Flahaut, indiquait que l'on envoyait nos hommes "au casse-pipe". De fait, l'Afghanistan est un théâtre complexe. Mais de la part d'un homme qui ne s'est pas battu pour que le budget de son département soit respecté (et que nos hommes partent avec l'équipement adéquat) durant les 8 ans où il a été en poste, c'est assez "limite". Ca l'est d'autant plus que le BEST (Belgian Soldier Technology) avait été déconsidéré à l'époque Flahaut et qu'il faudra la nouvelle note pour le voir remis au sommet des priorités.

Par contre, pour une fois, je suis d'accord avec l'ancien ministre : la transformation du "ministère de la défense" en "Service Public Fédéral Défense" serait une erreur. La réforme Corpernic des administrations peut assez légitimement être considérée comme un échec : les "top managers" n'ont pas changé mais leurs salaires ont considérablement augmenté. Non seulement nous n'avons pas attiré les meilleurs mais, de plus, les pratiques quotidiennes comme politiciennes non plus. Je ne pense pas que les forces ont besoin de ça. Amusant cependant de constater que cette réforme Corpernic avait été, en son temp validée... par A. Flahaut.

La note De Crem reste terriblement minimaliste, faute de budget : nous aurions dû être à 2 650 millions de budget (suivant le plan annoncé en 2000) et nous sommes à 2 250 (en Euros 2000 constants, sans vente de matériels et d'infrastructures). Le dernier conclave budgétaire a porté l'enveloppe 2009 à 2 773 millions (Euro courant 2008), loin de compenser l'inflation qui nous a touché.

Dans un pays où plus de 60% du budget est consacré au personnel, ça ne pardonne pas : la perte de 400 millions était celle qui devait permettre, pour reprendre les termes du Premier ministre de l'époque, d'avoir une armée "plus petite mais plus opérationnelle, plus rapidement déployable".

En clair la note pare au plus pressé, tout en prenant des accents plus sécuritaires que militaires, influence française et pression des partenaires gouvernementaux obligent. En fait, "Suivant l’enveloppe de référence et les dépenses actuellement prévue, des moyens pour le paiement de nouveaux dossiers d’investissements ne seront disponibles qu’à partir de 2012. Sans modifier la répartition des domaines de dépenses, il n’est donc pas possible de présenter un PIDS (Plan d’Investissements Défense et Sécurité) prévoyant des paiements pour les années 2008 à 2011".
Ce qui signifie que la renvente d'assets et les réductions de personnels sont indispensables à la survie du ministère (qui avait été placé, l'année passée... rien moins que sous curatelle). Concrètement, les investissements annoncés sont :

- Le remplacement des A-310;
- Le BEST;
- L’acquisition de la tenue CBRN;
- Une tranche optionnelle de Dingo II;
- L’acquisition de simulateurs de conduite AIV (Armoured Infantry Vehicle) et Dingo II;
- L’acquisition de véhicules pour les Special Forces, qui semblent donc de retour dans les préoccupations ministérielles;
- La participation au programme de communications par satellites ATHENA (Access on THeatre and European Nations for Allied forces);
- La participation au programme d’observation par satellites MUSIS (Multinational Space-Based Imaging System);
- La consolidation des frégates multifonctions;
- Le remplacement des navires MCM (Mine Counter Measures);
- La continuité du programme F-16 dans le cadre du MNFP (Multi National Fighter Program).

6 commentaires:

Ze'ev a dit…

Pff...si moi je doit choisir une armée pour y faire service...je vais aux Pays Bas ou la Suède ou le Royaume Uni...aux lieux de devenir Gendarme - annex Garde Champetre - Internationale.

Anonyme a dit…

Comment font des pays moins riche que les nations Européennes pour se payer des centaines de T 90 et de MiG comme l'Algérie ?

Ze'ev a dit…

Ils ont du gaz dans le sous-sol et un accord avec Gazprom. Et puis, nous devons acheter de l'equipment compatible avec l'OTAN' & coûteux.

Anonyme a dit…

Payer un soldat algérien revient à 100 € / mois. Payer un soldat belge... pas beaucoup mais il y a le coût en poche, le coût brut, le coût "société"... Et puis il y a les pensions, les avantages sociaux etc.

Et puis vous avez les 3/4 de vos soldats qui sont trop agés (donc trop chers), vous avez gardé le reliquat de la structure de l'armée de guerre froide, avec des tas d'officiers trop vieux et inreclassables, vous avez une armée mexicaine avec 34 colonels et 28 généraux pour 11 soldats du rang.

Vous avez de toute façon trop de personnel, et ce personnel ne peut (ne veut) bouger: après tout, une retraite pleine de l'armée, à un âge indécemment bas, vaut toujours mieux qu'une semi retraite à mi-carrière et une reconversion qui vous privera d'une partie de vos droits futurs à la grasse pension militaire.

Bref, vous avez trop de monde, et vous ne pouvez pas les virer: après tout, l'armée, en belgique, c'est aussi un moyen (politique) de garder des gens trop agés hors des stats du chômage.

(Je me demande parfois si les politiques lui voyent une autre utilité, d'ailleurs.)

Mais bref, avec 60 % d'un budget qui part en frais de personnel, et quand ces frais augmentent d'année en année (c'est mathématique), vous ne pouvez réduire qu'ne chose: les investissements. Adieu Leo II A6 que laissaient entrevoir l'annulation des Piranha 90 mm, remplacement des F16 et autres fantasmes: a pu de sous.

alex

Ze'ev a dit…

Ouais mais de l'autre coté il y toujour la possibilité d'accroître le budget fédérale. Les milliards de la Coopération Humanitaire, l'argent qu'on gaspille sur le tamtam écologique. Pour le reste je me tais d'un point de vue communautaire (grincement de dents).

Anonyme a dit…

"- Le remplacement des A-310;
- Le BEST;
- L’acquisition de la tenue CBRN;
- Une tranche optionnelle de Dingo II;
- L’acquisition de simulateurs de conduite AIV (Armoured Infantry Vehicle) et Dingo II;
- L’acquisition de véhicules pour les Special Forces, qui semblent donc de retour dans les préoccupations ministérielles;
- La participation au programme de communications par satellites ATHENA (Access on THeatre and European Nations for Allied forces);
- La participation au programme d’observation par satellites MUSIS (Multinational Space-Based Imaging System);
- La consolidation des frégates multifonctions;
- Le remplacement des navires MCM (Mine Counter Measures);
- La continuité du programme F-16 dans le cadre du MNFP (Multi National Fighter Program)."

Est ce qu'un tel programme est seulement envisageable avec le budget de misère de la Défense belge ?