mercredi 29 août 2007

Privatisation... de la stratégie aérienne

Bien sûr un certain nombre de firmes fournissent un appui logistique aux forces aériennes occidentales, y compris dans des zones d'opération telles que l'Irak ou l'Afghanistan. De même, la formation des pilotes de l'armée de l'Air sera assurée par EADS. Mais jusque là, il semblait que les PMC (Private Military Companies) n'avaient pas encore développé de véritable stratégie aérienne.

Mais, dans le processus de privatisation des forces armées, un nouveau cap a sans doute été franchi, l'américain Blackwater ayant annnoncé son utilisation d'appareil d'appui légers Super Tucano en Irak, après avoir acheté et armé des hélicoptères :

Security company Blackwater USA. is buying several Super Tucano light combat aircraft from the Brazilian manufacturer Embraer. These five ton, single engine, single seat aircraft are built for pilot training, but also perform quite well for counter-insurgency work.The Super Tucano is basically a prop driven trainer that is equipped for combat missions. The aircraft can carry up to 1.5 tons of weapons, including 12.7mm machine-guns, bombs and missiles. The aircraft cruises at about 300 knots and can stay in the air for about 6.5 hours per sortie. One of the options is a FLIR (infrared radar that produces a photo realistic video image in any weather) and a fire control system for bombing. Colombia is using the Super Tucanos for counter-insurgency work (there are over 20,000 armed rebels and drug gang gunmen in the country). The aircraft is also used for border patrol. The U.S. Air Force is watching that quite closely. The Super Tucano costs $9 million each, and come in one or two seat versions. The bubble canopy provides excellent visibility. This, coupled with its slow speed (versus jets), makes it an excellent ground attack aircraft. Blackwater already has a force of armed helicopters in Iraq, and apparently wants something a little faster, and more heavily armed, to fulfil its security contracts overseas".

Cette évolution est remarquable (non dans le sens normatif mais bien objectif) : historiquement, l'aviation était un des derniers domaines de l'Etat en tant que détenteur du monopole de la violence légitime. Au demeurant, cette évolution fait suite à une autre, relatée dans DSI il y a quelques temps : l'emploi de petits appareils de tourisme par le LTTE sri-lankais dans le cadre d'une OCA visant rien moins qu'une base aérienne abritant des Kfir.

4 commentaires:

Frédéric a dit…

On ne peut pas dire qu'il s'agit d'une nouveauté. En Afrique, nombre d'appareils engagé dans des conflits depuis les années 1960 sont piloté par des "affreux".

Athéna et moi... a dit…

Détrompez-vous Frédéric. Certes, les "aéros-mercenaires" ne sont pas neufs : l'attaque sur Bouaké a été effectuée par des Ukrainiens, si je ne m'abuse.

Ce qui est neuf, c'est que nous avons ici une PMC - notez que nous sommes déjà très loin de l'affreux "classique" - qui se dote de sa force aérienne : c'est tout autre chose.

Frédéric a dit…

En Sierra Léone, en 98 ou 99, une firme sud africaine n'avait elle pas ses propres Mil qu'elle faisait entretenir par les forces britanniques ?

Athéna et moi... a dit…

C'est pour cela que je parlais dans le post tant des hélicos de Blackwater que de stratégie aérienne : les helos sont historiquement liés à la stratégie terrestre et les appareils FAC/COIN à la stratégie aérienne.