samedi 21 juin 2008

Débats : feu à volonté !

Michel Rocard a fait paraître une opinion assez intéressante, avec en point de mire l'importance du PA2 dans Le Figaro : à lire ici.

Une petite remarque, toutefois : si certains aux Etats-Unis remettent en question la pertinence du nucléaire, les débats là bas y sont très spécifiques. C'est de là qu'étaient parties les remises en question de la MAD, dès 1968 (l'inventeur même du terme, Brennan, n'étant pas le dernier à le remettre en question).

Surtout, dégager le nucléaire stratégique (vous connaissez ma position sur le préstratégique, qui rejoint celle de l'ancien ministre) impose des défenses antimissiles... vraissemblablement plus chères encore qu'un PA2 (conception, achat, mise en oeuvre, démentellement des SNLE, annulation des M51 et des TNO).

Alors, certes, des Etats-Unis conventionnellement surpuissants (ce qui sera de moins en moins notre cas) peuvent se permettre de remettre en question le nucléaire stratégique (qui, jusqu'ici, n'est pas officiellement considéré comme devant être éliminé) mais notre garantie ultime restera le nucléaire stratégique. J'en discutais justemment avec un des lecteurs de DSI sur Eurosatory : la notion même d'Etat voyou est biaisée.

Tout simplement parce que "voyou" ou pas - des catégories plus normatives qu'objectives - et qu'il se fiche ou non de la survie de sa population en cas de représailles nucléaires un Etat (à la limite même surtout s'il est "voyou") est porteur d'un projet politico-idéologique imposant la survie du régime et de son idéologie - on notera d'ailleurs que les soviétiques en leur temps (avant le discours de Tula reconnaissant officiellement l'effectivité de la dissuasion en lieu et place de l'épouvante, en 78) avaient développé des arguments similaires.

En d'autres termes, un Iran actif en Irak et via le Hezbollah (juste un exemple, vous le comprendrez) n'est pas plus fou que voyou : il agit stratégiquement, cherche son intérêt comme l'extension de son influence. Petit euphémisme, l'atomiser constituerait une solide fragilisation de son influence.

Reste, me dira-t'on, la question d'une bande puissante, financièrement solide, qui parviendrait en 2020 a faire entrer via Marseille ou Le Havre un conteneur chargé d'une arme nucléaire. C'est une possibilité comme une autre - ou plutôt plus pertinente qu'une attaque suprise massive à coup d'IRBM/ICBM iraniens. Mais, pas plus que la dissuasion stratégique, la militarisation de la police, la "policianisation" de l'AdT, un PA2 ou une défense antimissile ne pourrait dissuader ceux qui le feraient. Nous reste alors juste le renseignement et la résilience. Soit quelques uns des rares nouveaux éléments valables du nouveau LBDSN.

C'est toujours ça.

9 commentaires:

Anonyme a dit…

Le nucléaire stratégique et préstratégique sont indispensables et demain en PLUS une défense antimissile Européenne dont la France ne peut etre absente.


"Reste, me dira-t'on, la question d'une bande puissante, financièrement solide, qui parviendrait en 2020 a faire entrer via Marseille ou Le Havre un conteneur chargé d'une arme nucléaire. "
La probabilité en est d'autant plus élevé que cette bande aurait bénéficié de la complicité ou de l'inaction d'un Etat.
Cet Etat devrait il échapper a ses responsabilités?

Rocard est sympathique mais incompétent.
Le nucléaire ne représente que 4 Md'€ sur 36 Md'€ de budget.
Croit on sérieusement que d'avoir 11% de budget supplémentaire changerait la donne?
Par contre ne plus avoir de nucléaire change la donne.
Nous devrions nous mettre sous la protection US.
Qui peut resister au chantage d'une puissance nucléaire sans armes nucléaires?Personne.

Anonyme a dit…

@ anonyme et pour reprendre votre raisonnement : le PA2 ne représente que 3,5 milliards, il est donc inutile...

Vous raisonnez en industriel. Si vous raisonniez en opérationnel, vous connaîtriez les risques et les (gros) défauts des DAMB...

Anonyme a dit…

" vous connaîtriez les risques et les (gros) défauts des DAMB...
"
Je les connais mais on peut esperer une efficacité acceptable face a une petite attaque.
Nos collègues européens se rattachent a cela et nous ne pouvons faire autre chose que les accompagner ou accepter que la politique etrangere de l'UE se fasse chez ceux qui en détiendront les clefs outre atlantique

Mike Hammer a dit…

Allons au bout de votre raisonnement : si vous ne croyez plus en la dissuasion (vu que nous subirions une attaque), alors supprimons-là...

Tout ça ne m'apparaît pas très cohérent. Henrotin a raison de mettre les aspects dissuasion/DAMB de territoire en opposition parce que, concrètement, ils le sont. Quant à moi, les défauts des DAMB ne justifient pas un tel investissement à iso budget. Sauf à se voir zappé de toute influence dans le domaine conventionnel...

Le reste, c'est du bla-bla d'industriel se drapant de l'indépendance française pour vendre des promesses...

Anonyme a dit…

Mike Hammer
Nous avons la dissuasion nucléaire .Les autres Européens n'ont que la dissuasion nucléaire US.
La dissuasion est d'autant plus efficace que on peut frapper fort en represaille tout en limitant nos pertes.
La DAMB ne s'oppose pas à la dissuasion mais la complete pour ce qui nous concerne.
Pour les autres Européens hors GB, elle est la seule garantie.
Reste a savoir si nous voulons une défense Européenne (c'est a dire avec une autonomie minimum), ou nous disons a nos partenaires démerdez vous (sachant que seuls nous et les Brits, et les Allemands et Italiens dans une moindre mesure, avons la technologie pour construire un bouclier Européen) ce qui les conduira a se contenter d'un bouclier sous controle US renforcant encore plus le controle politique des USA sur l'UE.
Croyez vous que les autres Européens se bousculeront pour contribuer a une opération militaire si ils peuvent etre frappés a volonté par des IRBM avec des tetes ADM ou meme conventionnelles?
Evidemment ce ne doit pas etre pris sur les autres budgets d'équipement déja a la portion congrue d'ou l'augmentation des dépenses d'équipement.
J'ai toujours pensé que de dire que la dissuasion était affaiblie si on mettait en place une protection civile ou un systeme DAMB était un sophisme qui n'était la que pour justifier une insuffisance de crédits.
In fine la meilleur dissuasion c'est de pouvoir porter des coups destructeurs en en recevant un minimum.
Il y avait une logique de ne pas vouloir une DAMB dans l'équilibre de la guerre froide a cause de l'incitation a frapper en premier (frappe contre force) dans le cadre de la dissuasion entre deux superpuissances conduisant à une instabilité dangereuse entre les deux blocs.
Dans le cadre d'une dissuasion du fort au faible, elle est completement logique.
Que dirait les francais si dans le cadre d'une intervention USA-Européenne, on était le seul pays a se recevoir par exemple 100 tetes conventionnelles de 500 kg sur Paris sans aucune protection?
Répliquerions nous par le nucléaire?

Anonyme a dit…

La doctrine est claire : des charges de 500 kg sur Paris = atteinte aux intérêts nationaux = champignons à gogo.

Pour les Européens, ils ont de toute façon la couverture NATO. D'ailleurs, je ne vous savais pas aussi pro-européen. A vous lire ailleurs, on aurait cru le contraire...

Au fait, pour mes gars, oui : 11% changeraient la donne. Ceci dit, nous parlions ici de garder la dissuasion et d'éviter ces DAMB de territoire qui ne servent à rien.

Anonyme a dit…

"La doctrine est claire : des charges de 500 kg sur Paris = atteinte aux intérêts nationaux = champignons à gogo. "
Les Israeliens n'ont pas repliqués a l'arme nucléaire en 92 et on ne le fera pas face a 100 test conventionnelles.

Pour l'Europe je suis pragmatique.
Ce n'est pas de la volonté de la France dont il s'agit mais celle des autres.

"Au fait, pour mes gars, oui : 11% changeraient la donne. Ceci dit, nous parlions ici de garder la dissuasion et d'éviter ces DAMB de territoire qui ne servent à rien."
11% de plus repartis sur tous le monde ne donne pas grand chose.
La DAMB n'est pas aussi indispensable aux Francais qu'au autres puisque pour nous c'est un simple complement (dont on pourrait se passer mais qui est un nice to have) mais on en peut pas ne pas en etre.

Anonyme a dit…

Pour ajouter a mon précedent post.
De toute facon il faut se prémunir d'une surprise stratégique à 15 ans donc faire des études (intercepteurs a tetes multiples par exemple sur les opportunités technologiques, désarmement nucléaire partiel), et avoir un systeme d'alerte pour au moins diminuer en France les dégats ou alerter nos troupes sur théatre et contribuer a la chasse "au SCUD", et également avoir des briques de bases pour particper à une DAMB européenne en apportant des technologies essentielles donc en se rendant indispensable et incontournable.
Le LB ne dit pas autre chose.

Sur la DAMB le boost phase intercept combiné a de l'exoamospheric mid term a tetes multiples est particulièrement prometteur face a un pays limité.
Qui vous dit que l'on aura pas bientot des tetes d'interceptions possibles de 3 kg avec possibilité de discriminer les leurres simples et produites en grande série a cout reduit? (par exemple 300 000 $ la tete)
A ce poids la un missile DAMB mid term en apporterait 200.
Je m'arrete là.

Ze'ev a dit…

Ok, mais il y a plus de scénario que l'attaque térroriste (NBC ou conventionelle). Il y aussi un nécésité de projection de force 'maritime' pour des actions de combat plus 'conventionels'. Un 2ième PA reste un atout en plus.

Peut-être il faudrait plus Européaniser (bwerk). Si l'on formait des Naval Battle Groups avec capacité amphibie & PA en combinaison. En position défensive: La FR, ESP, PT avec un PA FR dans l'Atlantique & le Maghreb. La FR, IT, ESP, GR en Mare Nostrum & Mashreq avec un PA FR. Un groupe Atlantique-Nord/Artique BE-NE-UK-DA-GER avec un PA UK. Un groupe SE-NO-FI-POL-GER Artique/Baltique avec un PA UK.
Manque encore un group Mer Noire (BG-RO-GR?).

Pas de drapeux de l'UE. Et les vaisseaux Asturias et tuttie quanti comme le Garibaldi sont pas de PA mais des BPC. Avec un peux de chance on pourrait l'aussi intégrer dans l'OTAN. Ou c'est trop con de ma part?