lundi 21 avril 2008

Deux sondages, c'est encore mieux !

Voyant le tour que prennent vos réponses au sondage sur la nécessité du PA2, je me pose une nouvelle question (les chercheurs sont faits pour se poser des questions, après tout) : "A niveau budgétaire identique, faut-il :

- Garder l'équilibre : 10 frégates et plus de cooération européenne
- Faire plus pour la marine que pour les autres forces : 17 frégates
- Déshabillons les autres forces (sous entendu, dissolvons l'armée de l'Air et ne gardons que des chars en parc) ! 30 frégates"

J'en profite pour préciser ma position, qui est évidemment personnelle :

1) Comme je le disais plus bas, nous n'avons toujours pas le Livre Blanc dans les mains, donc nous n'avons pas d'objectif : nous ne savons pas si l'on doit continuer à être globaux ou, au mieux, régionaux. De même, je pars de l'hypothèse que nous ne parviendrons pas à augmenter significativement les budgets ;

2) L'option de puissance européenne me semble la plus pertinente dans ces conditions : les Européens allignent plus de 80 bâtiments d'escorte modernes (entendez, moins de 10 ans et à rapprocher du destroyer), soit plus que l'US Navy ; ce qui permet à la France de se focaliser sur ses effecteurs de premiers rangs : PA, BPC, SNA - soit ceux qui lui donnent le plus de poids politique ;

3) Tout est question de coordination : les navires européens patrouillent fréquemment les mêmes zones, parfois en surnombre là où d'autres zones sont délaissées. Le Traité de Lisbonne nous permet de ne plus attendre une unanimité avant d'avancer plus concrètement avec les plus motivés.

4) Le succès politique s'obtient dans plus de 95 % des cas au sol. Si l'AdT a besoin d'une réforme, la diminuer dans ses moyens combattants humains est hérésiaque face aux techno-guérillas qui s'annoncent ;

5) Il n'y a pas de succès politique sans puissance aérienne. L'AdA a déjà trop perdu d'appareils de combat, doit voir un renouvellement de ses ravitailleurs et la préparation du remplacement des satellites de renseignement.

6) Il s'ensuit que si des arbitrages doivent être rendus eu égard à la stratégie navale, ils devraient idéalement se dérouler au sein de la Marine.

9 commentaires:

Anonyme a dit…

On commence à ne plus trop y voir clair. Le MinDef laisse entendre que c'est soit le PA2 soit les FREMM et les SNA. Pourtant cela pourrait bien être ..pas de PA2 (on connait bien ces pré-annonces pour habituer les esprits à ..!j'ai vu le coup arriver lorsqu'il a déclaré que somme toute, les Rafales marine pourraient avantageusement travailler à terre) et moins de SNA (4 au lieu de 6) et moins de FREMM (8 au lieu de 17 me semble t-il ?) Alors quid de la permanence d'un groupe aéronavale sur mer, quid de la projection des forces..entre autres ?
Otez moi d'un doute ...le Kitty Hawk est bien à vendre ? Ben quoi , il flotte toujours non? et cela pourrait nous permettre de renégocier le renoncement à la commande de catapultes en cours... l'est pas belle la vie ?
Comme le dirait un petit gars de chez vous bien sympa et que l'on aime tous ici..."quand on n'a pas le sou, faut pas jouer au riche".... ou ne pas vouloir avoir de politique étrangère Mondiaaaale(ça doit être ça pour les paroles de Brel, je pense?)

Michka a dit…

Vous nous piégez en posant vos questions. En effet, qu'il s'agisse du deuxième porte avion et de son groupe aérien ou des frégates, dans un cas comme dans l'autre il faut déshabiller pierre pour habiller paul... Or on constate bien aujourd'hui qu'aucune des armées, si l'on en croit les militaires eux-même, ne devrait pâtir des projets des autres. Les conflit contemporains nécessitent des troupes au sol pour tenir et être au contact de la population (dont acte pour l'armée de terre dont il faut alors augmenter les effectifs déjà surexploités); Les populations sont aujourd'hui essentiellement au bord des mers (plus ou moins 200km) d'où des forces navales conséquentes pour les opérations depuis la mer sans même parler de la sécurisation des voies de communication maritimes et des approvisionnements énergétiques; enfin l'armée de l'air est sollicitée de plus en plus pour des opérations COIN et appui feu et doit parer à toute émergeance d'un concurrent "aérien" dans les conflits futurs. Alors comment faire?
Sans doute pas en considérant qu les armées doivent être soumises au même régime d'économie que les autres ministères tout simplement parce qu'il s'agit ici d'une fonction régalienne et qu'il en va de notre indépendance nationale à plus ou moins long terme. Par ailleurs, définir les économies à faire avant même de savoir ce que l'on veut faire, revient à peu de choses près à élaborer un trajet sans savoir le point de départ ni celui d'arrivée. Enfin, cela le bon Carl le dirait mieux que moi...

Athéna et moi... a dit…

Bonjour Mishka,

Totalement d'accord avec vous (en fait, la question de l'objectif est passé à la mouliennette du blog, deux posts plus bas).

Absolument d'accord sur la question du "déshabillons l'un pour habiller l'autre". Mais j'ai fréquemment l'impression que peu de gens le comprennent.

Nous avons besoin des trois forces, indéniablement - j'y rajouterais même une 4ème avec ce qui touche au renseignement. Mais, malheureusement, l'Elysée ne semble pas considérer d'un bon oeil toute augmentation budgétaire. Alors ? Que choisir ? Le global ou le local ?

Oui, j'aime torturer mes lecteurs ;o)

Michka a dit…

Décidemment vous vous plaisez à faire travailler notre matière grise. enfin, c'est sans aucun doute pour la bonne cause et cela stimule nos neurones... A votre question global ou local, je répondrais que cela dépend aussi de la place que vous voulez accorder à la France sur la scène internationale.Si l'on considère l'histoire, nos moyens et nos goûts, alors je vous réponds global et il faut donc faire des arbitrages au sein de la marine ( bien que je ne sois pas convaincu que l'europe soit la solution étant donnée l'absence e politique étrangère et de défense ne serait-ce que commune...)en faveur du deuxième PA (avec groupe aérien et équipage bien sûr.) Si votre objectif est avant tout de faire des économie et que la politique étrangère et la défense ne sont pas votre tase de thé, alors faites du local (et encore qu'entend-on par ce mot)mais attendez vous à passer pour un guignol si vous vous déclrez en faveur du désarmement, des droit de l'hommes, et de la paix (O combien sacrée...) sans avoir les moyens de vous faire entendre. Le Soft power est une bonne chose, mais une dose adaptée de hard power ne pourrait pas nous faire du mal. Cela relève sans doute d'un voeu pieux mais on aimerait que nos politiques fassent parfois preuve d'un peu plus de réalisme aussi bien théorique que pratique

Nono Le Rouje a dit…

C'est malheureux à dire, car je suis un européen convaincu, mais dans l'état actuel des choses, je ne crois que l'Europe soit suffisamment unie pour mettre tout en commun au niveau opération, alors que déjà, pour la construction ou l'achat, les divergences sont criantes: les frégates Horizon auraient dû être tripartites, les FREMM binationales existent en 3 modèles, et on pourrait en rajouter.

Bref, dans l'immédiat (les 10 ans qui viennent), je n'y crois pas.. :-(

ZI a dit…

Je vais sans doute passer pour un ignare(ce que je suis) et un heretique mais je ne suis vraiment pas convaincu par le rôle de l'armée de l'air.Ses missions en Afghanistan pourrait très bien être faite par les rafales de la marine et l'ALAT, non?

Si on garde la solution de l'équilibre entre les differentes armes, on s'oriente vers une diminution drastique des capacités de la marine.Déshabillé l'AdT est absolument hors de question, je ne vois que l'Ada qu'on puisse faire passer à la casserole sans trop de casse.

Ou alors on essaye de se réconforter en se disant que le rôle diplomatique de la France ne dépend pas beaucoup de ses forces armées.Quand la réalité est trop amer, il faut prendre refuge dans les illusions.

Anonyme a dit…

Le probleme du sondage est mal posé.
Question 2:
Il manque non seulement le budget du PA mais encore plus de 10% de credit d'équipement pour passer la LPM.
Le probleme budgétaire est avant tout d'ici 2015 meme avec la RGPP.
Donc plus d'Europe d'ici 2015 dans une situation de vrai conflit, il ne faut pas rever.
17 FREMMS sans PA2? Ca ne sert a rien.De toute facon les 9 FREMMs des autres tranches seront livrables apres le PA2.
Déshabiller les autres programmes d'équipement AdA AT MArine EMA?Impensable, ils sont tous necessaires ou incompressibles
Et quoi d'ailleurs?
Seuls les effectifs peuvent etre comprimés pour dégager des credits pour la marine et le PA2.
La priorité stratégique pour la marine hors FOST c'est les 8 FREMM ASM et 6 SNA, une dotation rafale PAN puis ensuite le reste.

Question 1:
Un PA2 sans Rafale?
Ca ne sert presque a rien pour 20% de non permanence du PAN à quelques semaines.Le sous jacent est que la Marine se paye les Rafales sur ceux de l'AdA ce qui fait grincer des dents.
Si il n'y a pas de permanence PAN ou Rafale pour un PA2, mieux vaut des ravitailleurs en nombre insuffisant.Car sans ravitailleur on exploite pas la capacité AdA combat a fond:
1 lot ravitailleur = 100 sorties Ada grande distance
1 PA avec Rafale= 100 sorties aeronavale

Hypothese frappe de distance < 3000 km base terrestre
PA a 1000 km (500 km de la cote)

H1 pas PA2: (maintenant)
200 sorties avec PAN dispo
100 sorties sans (AdA) 20% du temps

H2 PA2 (3,5 M€) sans avion (2016)
200 sorties avec PAN ou PA2 +AdA 100% du temps

H3 PA2 avec avion (2016)
300 sorties avec PA2+PAN +AdA 72% du temps (=0,8*0,9 en dispo)
200 sorties avec 1 PA +Ada 28 % du temps
Cout 3,5 M€ + 4 Md'€ avions sauf si pris sur AdA

H4 Pas de PA2 mais 1 lot ravitailleurs de plus (cout= au PA2)
300 sorties avec PAN +AdA 80% du temps
200 sorties 20% du temps (AdA)
Disponibilité progressive entre 2010 et 2016.

La solution est dans les ravitailleurs.
H4> H3> H2> H1
Pour du pas cher on peut doter tous les A400 de la capacité ravitailleur

Mais si la distance est > à 3000 km le nombre de sortie AdA chute rapidement jusqu'a zero à 5000 km
Seuls les PA conviennent.
Distance objectifs Syrie Corse ou Djibouti Iran = 3000 km
Cqfd

Patriote Inquiet

MB a dit…

moi je veux bien que l'on compte sur nos partenaires européens pour assurer nos missions, mais pour cela il faudrait qu'il y ait une défense européenne, et cette bête là n'existe que sur le papier.
Coment peut-on vouloir compter sur ces voisin alors que l'on n'a pas forcement les mêmes intérêts, alliances et objectifs. Et Encore je ne parle par des objectifs de chaque nation, même pour la place de l'Europe on n'est pas d'accord, alors vouloir batir une force sur ce genre d'hypothèse, me parait un peu hasardeux.

A la limite il vaudrait mieux pas de PA2 que 2 PA et moins de frégates

Anonyme a dit…

Les fregates ne servent pas en grand chose hors les 8 FREMMS ASM
Quand a la défense aérienne certes les AVT apportent une contribution intéressante de défense antimissile antinavire dans le spot limité par l'horizon de détection
Mais la meilleur défense aérienne reste une partie des avions du PA et les E2F.
Autant moderniser les Lafayettes avec les Aster et l'heracles.
Les missiles de crosière en aussi faible nombre sont une capacité tout a fait marginale par rapport à la puissance de l'aviation.
En fait les FREMM AVT sont de mauvais bâtiments pour l'AVT (manque de munitions et de furtivité notamment et pitoyable par rapport à un Visby Suédois moins cher).

Que l'on aille seul au combat ou en coalition, mieux vaut un PA2 que 9 AVT si on a les avions.
Si on a le pA2, il est indispensable de prendre au moins 40 voire 60 Rafale en moins sur l'AdA.
Evidemment l'AdA grince.
Et si on a pas le PA2 pas besoin de plus de frégates mais accélérer les SNA et acheter des ravitailleurs en vol.
Le SNA de son coté est le meilleur moyen ASM, pour operer seul en discrétion, et de lutte antisurface en indépendant.
Quand a lutte antisurface, un PA fait mieux que 50 fregates a cause de l'allonge des avions.
Il ne faut pas se focaliser sur des affaires comme le Ponant qui sont des taches de police et de garde cote et en rien le role premier de la marine qui est de combattre les marines adverse et de projeter de la puissance.
Pour cela des batiments 5 à 10 fois moins cher suffisent.

8 à 10 FREMM suffisent.
Les 8 ASM sont indispensable en nombre: 2 groupes de 3 d'escorte, 1 pour Brest et la FOST et une indisponible en carénage.
Restera 5 FLF a moderniser et 2 Cassards.
Pour les taches de police les Anglais utilise des batiments à 35 millions de £.


Des officiers de Marine Britanniques soulignent eux même l’inutilité des frégates trop nombreuses face aux porte-avions et SNA, et à la menace ASM et aérienne.
http://www.prospect-magazine.co.uk/article_details.php?id=5829

PS: dans mon, précedent post un lot d'avion ravitailleur est un escadron.
Et quand j'entends un amiral reclamer 30 fregate pour des postes d’officers et montrer le pavillon dont tout le monde se fout , je dis que la retraite s'impose. Tout les pays ont l'annuaire flotte de combat et savent a quoi s'en tenir.