lundi 13 août 2007

5 sur 5

285 millions de dollars : c'est le coût du nouveau cutter (frégate) destiné à l'US Coast Guard. Avec 4 300 tonnes de déplacement, les National Security Cutter dont l'exemplaire commandé sera le 3ème sont partie intégrante d'un programme Deepwater particulièrement critiqué pour sa gestion (Cf. T&A n°5).

Les 2 premiers Typhoons aptes aux missions air-sol (Block5) ont été livrés à la RAF. Cette capacité est toutefois qualifiée d'initiale et limitée à des bombes guidées laser.

Un deuxième escadron de F-22 a été formé en Alaska. Par ailleurs, le carburant synthétique testé l'an passé sur un B-52 a été certifié sur ce type d'appareil. D'ici 2011, l'USAF ambitionne d'utiliser un mélange de carburant synthétique et de JP-8 sur l'ensemble de ses appareils. D'ici là, le prochain appareil à être certifié sera le C-17.

Le Maroc a demandé au Etats-Unis la fourniture de 60 automoteurs d'artillerie de 155mm M-109A5 et 30 Humvees via le système des Foreign Military Sales, la demande devant toujours être approuvée par le Congrès. Notons que la Belgique a récemment revendu quelques-uns de ses M-109 au Maroc. On notera par ailleurs que les discussions sur le Sahara Occidental se sont conclues sur un échec.

Le président chinois Hu Jintao a récemment indiqué au cours des cérémonies célébrant le 80ème anniversaire de l'APL que le budget militaire chinois allait connaître une augmentation. Selon des analystes de la RAND corporation, ce budget est déjà le second au monde, derrière les Etats-Unis.

3 commentaires:

Frédéric a dit…

Le M109A5 n'est pas équipé de systéme de controle de automatique comme le Paladin que vous décrit dans un de vos mag mais franchement, 29 millions de $ le lot, c'est vraiment donné...

Anonyme a dit…

Selon une dépêche AFP de ce jour :le MinDef Italien parle d'une probable réduction de la tranche n°3 de l'Eurofighter en raison du renchérissement du coût unitaire. Le MoD UK hésite aussi.

Athéna et moi... a dit…

Oui, effectivement, ils en parlent. Ce qui n'a rien de vraiment étonnant, au vrai.

Les Italiens sont comme les autres: soumis à une implacable pression budgétaire, avec trop de programmes coûteux en route.

L'Italie, de ce point de vue, est sans doute un excellent laboratoire : pas mal de programmes nationaux (Dardo, Ariete, Cavour... qui ont mobilisé des millions d'euros ou des milliards de Lires ces 15 dernières années), quelques multinationaux. Dès lors, lesquels sont les plus économiques ? Comment se produit une bonne plannification ?

Très simplement, en regardant à long terme, et non en se focalisant sur des bénéfices immédiats, sans doute.