vendredi 6 juillet 2007

L’effarante progression des Contractors

Question : qu’est-ce qui est civil, se comporte plus ou moins comme un soldat, a un prix de revient plus élevé qu’un soldat, n’est pas totalement tenu de répondre aux lois les plus élémentaires du droit international (et peut prendre des libertés avec ce dernier) et ne sera pas reconnu comme étant tombé pour son pays en cas de décès ?

Un « contractor ».

Et leur nombre n’a récemment fait qu’augmenter en Irak, dépassant les 180 000 personnes sous contrat avec les forces armées US… alors que ces dernières ne disposent que de 160 000 soldats sur place. Environ 21 000 américains, 43 000 étrangers et 118 000 Irakiens seraient sous contrat, posant nombre de questions.

Le général W. Nash (Cf. DSI n°1) indique ainsi que le grand nombre de personnels armés et virtuellement hors de contrôle est un réel enjeu de sécurité. Ensuite, nombre de ces contractors sont affectés à des missions aussi vitales que le transport de nourriture au profit des troupes.

Hors, à plusieurs reprises, des mouvements d’humeur de la part des conducteurs ont interrompu les approvisionnements. Au-delà, formellement parlant, ils ne sont pas sous le commandement des forces US à proprement parler. De ce fait, leur suivi est virtuellement impossible.

Plus on "transforme", plus on s'aperçoit qu'on patine...

1 commentaire:

Samson a dit…

C'est assez fascinant de voir à quel point les US s'émancipent de toute leçon historique. Huxley l'avait déjà pointé. Les lumières éblouissent plus qu'elles n'éclairent, faut-il croire. Les contractors ne sont ni plus ni moins de vagues copies des mercenaires de jadis. Et Machiavel dans l'Art de la Guerre (injustement méconnu) a déjà tout dit sur ceux-ci. La seule politique experimentale qui vaille, c'est l'Histoire comme dirait de Maistre. Et les conclusions de celle-ci à l'endroit des mercenaires me semblent claires. Or, inlassablement, les Modernes reproduisent les erreurs de jadis. C'est impardonnable pour les conservateurs qu'ils sont.